Blog

Comment bien configurer une page Facebook professionnelle

Une fois que vous avez créé votre Page, vous pouvez utiliser les fonctionnalités gratuites qu’elle offre pour commencer à communiquer avec vos nouveaux clients et vos clients existants, ainsi qu’avec les fans de votre Page.

Éléments à configurer

– Éléments visuels :
Commencez par ajouter à votre Page une photo de profil et une photo de couverture qui représentent votre entreprise.
– Description :
Ajoutez une courte description de votre Page pour que les internautes sachent quel type de services votre entreprise propose. La description doit rester brève (une à deux phrases).
– Coordonnées :
Ajoutez un numéro de téléphone, un site web et une adresse e-mail. Les personnes qui consultent votre Page peuvent utiliser ces informations pour vous contacter.
– Lieu et horaires d’ouverture :
Si votre entreprise ou votre organisation a une adresse physique, ajoutez son adresse postale et ses horaires d’ouverture pour que les internautes sachent où elle se situe et quand elles peuvent s’y rendre.
– Catégories :
Vous pouvez sélectionner jusqu’à deux catégories pertinentes supplémentaires afin d’aider les clients potentiels à trouver votre Page.
– À propos et votre histoire:
Informez les internautes sur la nature de votre activité. Dans la section À propos de votre Page, vous pouvez ajouter une histoire. Votre histoire peut notamment comprendre la date de création de votre entreprise, votre spécialité, votre mission et bien plus encore.
Wangnin Zerbo, Social media manager au PROTAF

Social Media Management et Community Management,

Le social media management est un métier né de l’approfondissement de la technicité et des méthodes spécifiques déployées pour atteindre un accroissement exponentiel de l’audience, de la portée et surtout de la conversion des “sociomedianautes”, appellation créée pour différencier les usagers d’internet aux usagers des médias sociaux sur internet ; de même que l’appellation “mobinautes “ qui est née pour différencier les usagers d’internet mobile à ceux d’internet sur PC.

Il est important aujourd’hui de mettre fin aux confusions qui gravitent autour des nouveaux métiers issus des médias sociaux. D’aucuns pensent que le Social Media Manager et le Community Manager sont les deux faces d’une même pièce mais non! Pour être situé, il faut juste être réaliste et prendre conscience de la différence entre “un poste’ et un “métier” sans définir les deux. Il est bien clair que le poste est une responsabilité que l’on confie à une personne dans le but de réaliser un travail pour l’atteinte d’un objectif d’une structure. Alors que le métier est une somme de connaissances techniques définies dans un domaine avec des outils fondamentaux claire et pérenne pour réaliser des tâches bien définies et reconnues dans l’atteinte d’un objectif donné.

Le Community Management est avant tout un poste, qui par la banalisation et la dérivation a paru comme un métier vu l’importance du poste dans la nouvelle configuration de la communication et du marketing à l’avènement des Media Sociaux. Ce poste est dédié à la personne qui doit d’une part animer les plateformes internet d’une structure. Le Community Manager, avant tout est un animateur des plateformes internet, il doit être sur les sites web, les foras, les blog, les réseaux et médias sociaux pour communiquer avec les personnes qui portent un intérêt pour la structure. Le Community Manager est exactement sur internet ce qu’est un animateur de communauté d’une association. Un sociologue, un communicateur, un psychologue, peuvent être nommé au poste d’animateur de communauté (Community Manager sur internet) mais ils ont leur spécialité. Tout comme un développeur, un informaticien réseaux, un hacker, un journaliste peut être nommé au poste de Community Manager avec sa spécialité de base pour exécuter les missions d’animation et de la communauté. La dénomination du poste est bien claire et définie la mission du Community Manager (animateur de communauté).

Le Social Media Management est né à partir d’une compétence fondamentale bien définie par l’utilisation performante et exclusive des médias sociaux. D’où la spécialisation contrairement à l’animation qui est général. Le Social Media Manager est un spécialiste exclusivement dans l’utilisation des médias sociaux au profit d’une structure, il n’anime pas, il manage, il extrait et étudie les statistiques, il surveille la qualité des supports et leur aptitudes dans le temps et l’espace au profit de la structure. Un Social Media manager est exclusivement consacré aux médias sociaux. On peut occuper le poste de Community Manager en étant un Social Media Manager, mais on peut aussi occuper le poste de Community Manager et chemin faisant devenir un spécialiste des Medias sociaux donc Social Media Manager.

«un Social Media Manager est un technicien des réseaux sociaux »

Wangnin Zerbo, Promoteur du Programme TIC au Faso (PROTAF) et Social Media Manager nous parle de ce nouveau métier, le Social Media Management, né avec l’avènement des réseaux sociaux. Découvrez davantage sur ce métier dans cet entretien.

TIC MAGAZINE BF : Qu’est-ce qu’un Social Media Manager ?

Wangnin Zerbo : Un Social Media Manager, de prime abord est un technicien des réseaux sociaux. Son travail est essentiellement consacré aux réseaux sociaux. C’est une personne qui étudie l’algorithme et le fonctionnement des réseaux sociaux, en extrait des statistiques afin de les interpréter. Il fait en sorte que l’usage des réseaux sociaux soit efficient

TM : On fait beaucoup de confusion entre le Social Media Manager et le Community Manager, quel est le rôle de chacun dans une entreprise ?

WZ : Le community Manager a pour rôle d’animer et de maintenir l’audience d’une structure sur le site web, le blog, les médias sociaux… Son champ d’action est beaucoup plus élargi ; en plus des réseaux sociaux, il doit s’intéresser également aux autres plateformes et canaux qu’utilisent la structure pour laquelle il travaille.

Le Social Media Manager quant à lui son travail est axé que sur les réseaux et médias sociaux. Son travail est plus technique car il doit utiliser l’algorithme des médias sociaux pour atteindre les objectifs de l’entreprise. Il doit savoir utiliser et savoir comment fonctionne tel ou tel réseau social.

Le Communiy Manager est un animateur de communauté, qui a une aisance à communiquer alors que le Social Media Manager est un technicien des réseaux sociaux qui sait extraire des statistiques et les interpréter.

TM : Quelles sont les aptitudes que doit avoir un bon Social Media Manager ?

WZ : Un bon Social Media Manager doit pouvoir s’approprier l’algorithme des réseaux sociaux, connaître leur fonctionnement et connaître tous les coins et recoins des réseaux sociaux. Il doit être une personne fouineuse et curieuse, dynamique et réactive vu qu’il doit être constamment sur les réseaux sociaux et ne rien perdre de ce qui se passe sur les réseaux.

TM : Au Burkina, on parle plus du Community Management. Le Social Media Management est presque méconnu, qu’est-ce qui peut expliquer cette situation ?

WZ : Le Community Manager est né avec l’avènement des réseaux sociaux. Au départ, on voulait une personne qui puisse animer les différentes plateformes internet, entretenir des discussions et créer des contenus pour maintenir une communauté active ; c’est ainsi que la notion du Community Management est née et bien avant le Social Media Management.

Avec le temps, certaines personnes ont approfondis leurs connaissances en apprenant le fonctionnement des réseaux sociaux et les algorithmes, c’est ce qui a donné naissance au Social Media Management. C’est seulement en 2019 que ce métier a pris de l’ampleur et on essaie également ici au Burkina de le mettre en valeur.

TM : Vous organisez une formation en Social Media Management à cet effet, quelle est votre cible et quelles sont les dates retenues pour la formation ?

WZ : Nous avons en effet initié une formation dénommée « Social Media Management Camp Change42020 » qui va être le cadre de mise en valeur de ce métier. La formation se tiendra du 17 au 26 février. Deux séances à Ouagadougou (17 au 19 février et du 20 au 22 février) et une séance à Bobo-Dioulasso. La formation va se dérouler en session de trois (3) jours durant lesquels nous allons étudier les algorithmes des médias sociaux (Facebook, Twitter, Linkedin, Whatsapp Business) et leurs interprétations.

La formation est ouverte à tout professionnel des médias sociaux (Community Manager, e-commerçant…). La formation est au prix de 80.000 Fcfa et est limitée à 10 personnes par session.

TM : Un mot pour la fin ?

WZ : J’exhorte les multi nationales, les entreprises, les start-ups à faire appel aujourd’hui aux professionnels en matière des réseaux sociaux afin de bénéficier de résultats satisfaisants et atteindre leurs objectifs.

Le VPN au Burkina Faso

vpn bf

VPN : l’expert Social Media Manager Wangnin ZERBO en parle

Le VPN depuis peu n’est plus un secret pour un burkinabè. Pour cause, les autorités burkinabè avaient procédé à une « restriction pays » de l’accès à Facebook web et mobile. Il n’en faut pas plus pour que des burkinabé se muent en « expert en Cybersécurité » ça et là, le mot VPN est devenu très courant même les « illustrés » et les novices en numérique se jouent les guides en recommandant des VPN a tue-tête.

Dans la mêlée, le président de l’Association des Informaticiens du Burkina, dans une sortie hasardeuse et plein d’insuffisance, au risque de faire douter de ses connaissances en la matière a tenté de mettre en garde les « utilisateurs de VPN gratuit » et les encouragent à utiliser des VPN payants. Selon lui les VPN gratuits exposerait les usagers car les rendait vulnérable aux hackers et à la publicités ciblés, dans une certaine mesure cette hypothèse est fausse et aberrante. Puis l’expert burkinabé en cybersécurité s’est aussi brièvement prononcé sur les risques d’utilisation de VPN gratuit sans donner de précisions.

Ces deux sorties étant largement insuffisantes, car dépourvues de l’essentiel au risque fort d’induire en erreur les novices et même certains professionnels. On va donc s’étaler sur le sujet dans cet article !

Pratiquement qu’est-ce qu’un VPN ? Dans quelle situation son utilisation est-elle recommandée ? Ma première rencontre avec cet outil de sécurisation de la navigation internet a été en février 2016 lors de la formation des activistes, lanceurs d’alerte et journalistes contre la censure d’internet dans l’exercice de leur mission contre la mauvaise gouvernance. Organisé par l’association africaine des activistes AFRICTIVISTE. On ne pourrait avoir un meilleur cadre pour faire la connaissance du VPN, mais avant de parler de VPN parlons de IP.

Qu’est-ce que l’ IP (Internet Protocol)

L’adresse IP est un numéro d’identification qui est attribué de façon permanente ou provisoire à chaque périphérique (pc, mobile) relié à un réseau informatique qui utilise l’Internet Protocol. C’est l’adresse IP qui permet l’acheminement des données sur Internet. En français facile ça veut dire que pour qu’un appareil se joigne à un réseau informatique quel qu’il soit pour accéder à des données, c’est avec un IP qu’il est identifié dans le réseaux, tout comme lorsqu’une moto doit être mise en circulation on lui attribue une immatriculation provisoire ou définitif afin qu’il soit unique dans la circulation.

En ce qui concerne le réseau internet, cet IP permet à un appareil d’être reconnu par d’autres appareils ou un serveur connectés via le Protocole Internet. Il existe deux principaux types de formats d’adresse IP utilisés aujourd’hui : IPv4 et IPv6.

Pour censurer l’accès par internet a une application dans un pays, on va demander que les IP des appareils de ce pays sur Internet soient simplement bloquées à l’accès de cette application (PC et Mobile) Donc impossible pour un appareil connecté à internet dans ce pays d’accéder par internet à l’application visée par la restriction. C’est ce qui s’est passé avec Facebook au Burkina Faso, et là intervient le VPN, le fameux VPN dont tous parlent mais connaissent vraiment peu…

Qu’est-ce qu’un VPN

C’est un outil numérique qui est considéré comme un canal de communication sécurisé entre un périphérique et un serveur. Il est appelé VPN (Virtual Private Network, en français Réseau Virtuel Privé). Un VPN ou RVP crypte toutes les données qui le traversent. Le VPN est composé de : Protocoles de cryptage et de sécurité. Il crée une connexion sécurisée et affecte un type de cryptage aux données qu’il canalise. Le VPN ou RVP protège toutes les données passant entre le périphérique (smartphone ou PC) et le serveur du VPN. Lors de l’utilisation d’un VPN, vos données sont envoyées au serveur VPN qui le soumet au protocole de sécurité et un type de cryptage puis vas maintenant à la ressource que vous recherchez avec une identité cryptée. En français facile quand vous déployer un VPN vos données réelles sont conserver puis modifier avant d’arriver sur internet. C’est assez simple, la demande que vous avez envoyée sur internet atteint le serveur de la ressource, mais vos données (informations) ne peuvent être déplacées qu’entre votre appareil et le serveur VPN, qui passe également par le canal d’une communication sécurisée, de sorte que le serveur que vous demandez ne peut recevoir aucune information vous concernant. Lors de la connexion à un VPN, votre FAI (Fournisseur d’Accès à Internet) ne peut pas décrypter les données lui-même ou suivre les sites Web que vous visitez, mais il ne peut suivre que le trafic crypté arrivant sur le serveur VPN.

Dans quelles conditions on utilise un VPN

Le plus souvent, le VPN est utilisé pour protéger les informations confidentielles (correspondance électronique, banque en ligne) et pour consulter les sites bloqués de n’importe où. Le VPN est également utilisé pour masquer l’emplacement réel d’un périphérique dans un réseau internet en modifiant votre adresse IP, qui change en fonction du serveur (situé dans un autre pays) auquel vous êtes connecté. Dans le cas du Burkina le VPN sert à contourner la censure de Facebook en attribuant un nouvel IP d’un autre pays à votre appareil qui peut désormais accéder à Facebook au Burkina comme un citoyen d’un autre pays, ou se trouve le serveur que le VPN à connecter à votre appareil. D’où la situation de « déplacés internet” remarqué au Burkina depuis la censure. Il n’est pas surprenant de voir sur twitter des Burkinabè qui plaisantent sur les destinations de leurs voyages VPNiens à travers le monde entier.

 VPN gratuit VS VPN payant

L’adage numérique “Quand c’est gratuit c’est vous le produit” n’est pas à confondre avec « Quand c’est gratuit vous êtes exposé aux hackers”. Quand un outil numérique est gratuit effectivement le modèle économique est basé sur la publicité et l’usage des données. La peur des outils gratuit est dû au fait qu’il est difficile de comprendre qu’une personne investisse dans un outil et vienne  l’offrir gratuitement et comme on estime que les pubs ne sont pas très rentables on déduit sur le fait que le propriétaire de l’outils gratuit se “sucre” sur les utilisateurs en les hackant.

Dans une certaine mesure c’est FAUX. Chaque outil gratuit à un contrat d’utilisation et une fiche technique (que personnes le lis d’ailleurs) et tout y est décrit. Pour que l’usager sache dès l’entame à quoi s’en tenir. Le propriétaire y décrit son mode de fonctionnement, les technologies embarquées afin que l’utilisateur puisse se plaindre si ce qui est dit n’est pas respecté. Donc en réalité le gratuit ne vous “expose pas” c’est vous qui choisissez de faire de “l’échange marchandise” avec l’outil, certaines de vos données contre un service avec une assurance que vos données seront quand même utilisées dans un cadre légal sans vous rendre vulnérable aux hackers.

Même tous les sites web que vous avez visités demandent à collecter certaines de vos données afin d’améliorer votre expérience client sur le site web. Il est vrai qu’il y a des applications malveillantes créées dans le but de pirater mais c’est à vous de vous méfier à ne pas utiliser des outils que vos appareils vous « décommandent » car nos appareils sont muni de pare-feu pour détecter les applications malveillantes. Facebook est l’exemple pratique, Facebook est gratuit mais vous n’êtes pas hacker par Facebook au contraire il y a un contrat d’utilisation et des mesures de sécurisation de vos données contre les tiers.

A quoi s’en tenir maintenant

Maintenant que c’est clair il faut aussi savoir la bonne nouvelle. Ce que l’on appelle l’OPEN SOURCE c’est un ensemble d’outils numérique conçu et déployé par des informaticiens qui sont engagé dans l’éthique du LIBRE. C’est un courant philosophique informatique qui veut que le monde entier puisse jouir de la solidarité dans l’usage de solution numérique. Concrètement, ce sont des applications et des logiciels qui sont conçus et offerts avec le code source afin de permettre à tout individu engagé dans le courant du LIBRE ou utilisateurs de pouvoir apporter des améliorations ou de refaire une autre version à partir de cet outil à base de son code source. Pour être à l’abri du monde sans pitié du capitalisme dans le numérique, l’OPEN SOURCE ou LE LIBRE est l’unique alternative qui vous met à l’abri de cette peur de fuite de données. Il est prouvé que les outils open source offrent la meilleure protection de données car ces outils sont démis de la recherche de gains et ont d’ailleurs pour mission de vous mettre à l’abri des voleurs de données. Que ce soit pour la messagerie cryptée, les réseaux sociaux, ou le VPN, il existe des outils open source…

Pour le VPN

Si vous souhaitez utiliser un VPN, je vous recommande PSIPHON

Psiphon est l’outil Open Source de contournement conçu par Psiphon INC. utilisant les technologies RPV, SSH et HTTP de relais par serveur mandataire pour vous fournir un accès non censuré au contenu Internet. Votre client Psiphon prendra automatiquement connaissance des nouveaux points d’accès pour maximiser vos chances de court-circuiter la censure tout en vous garantissant dans sa version gratuite une confidentialité appropriée

Wangnin ZERBO

Expert Social Media Manager

ticatougan@gmail.com

Wangnin ZERBO est un journaliste et expert dans le domaine de l’usage des Media et réseaux sociaux, l’un des premiers Social Media Manager au Burkina.  Il exerce dans la création de site web, l’audit d’ E-réputation, Présence Numérique, SEO. Son expertise est reconnue par les institutions internationales dans la communication digitale, création et déploiement de canaux de communication et de marketing digital.